En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Elabweb_Titre.png

Nouvelles

 
Le nombre de cartes bancaires est appelé à  doubler cette année; de " 500000 elles passeront  à 1 million en 2010", selon Hadj Alouane,  directeur  général de la Satim (société d'automatisation et de transaction interbancaire  et monétique. Ce dernier reconnaît le retard enregistré dans l'opération de paiement par carte qui est toujours à l’état " embryonnaire". Un retard énorme et " global" au regard du nombre de "clients dans les banques ". Les raisons sont multiples, explique le Dg de la Satim, invité de la rédaction de la chaîne III de la radio nationale. La plus importante est la " frilosité des commerçants à recourir à ce nouveau mode de paiement " pourtant le nombre de terminaux installés est considérable et qui est de " 2300 au niveau national dont près de 800 uniquement à Alger".

Pour lui, les premières opérations n'ont pas donné les résultats escomptés. D'où le redéploiement par la société cette année avec le lancement de divers projets pour rattraper le retard. Des projets qui seront concrétisés à court terme, c'est-à-dire d'ici " trois ans mais certains verront le jour durant les tout prochains mois ". Le premier concernera la compagnie nationale de transport aérien qui sera dotée d'un système de réservation électronique. Le Dg de la Satim a annoncé que le paiement des billets Air Algérie pourra se faire dès le mois de " février prochain par carte en utilisant l’Internet".
L'opération sera menée en partenariat avec la banque CPA qui est déjà "prête". Le lancement de ce nouveau mode de réservation a toutefois, nécessité " des mois d'essais ", a expliqué Hadj Alouane. Après Air Algérie, d'autres dossiers seront ouverts comme celui d'Algérie Télecom. Ainsi les clients de cet opérateur pourront payer leurs factures via internet et grâce aux cartes. Naftal également figure parmi les entreprises concernées par le système de modernisation de paiement des carburants en utilisant les cartes interbancaires. En somme, la Satim, précisera son premier responsable, entend généraliser l'utilisation des nouvelles technologies au niveau de toutes les entreprises.

La société qu'il dirige a réussi, poursuit-il, à installer le réseau interbancaire qui est opérationnel ; A présent c'est aux banques de " faire plus d'efforts dans la distribution des cartes qui n'est malheureusement pas le cas aujourd'hui ".          
Abdelghani M.