En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Elabweb_Titre.png

Nouvelles

Portail dédié aux compétences nationales basées à l’étranger. - le 21/05/2013 - 15:52 par   djoudi
Coïncidant avec la première journée de Algeria 2.0 qui se déroule jusqu'au 20 avril au Cyberparc de Sidi Abdallah, le Ministre de la Poste et des Technologies de l'Information et de la Communication, Moussa Benhamadi, a lancé officiellement un portail dédié aux compétences nationales basées à l’étranger.

Moussa Benhamadi était accompagné du Secrétaire d'Etat chargé de la Communauté nationale à l'étranger, Belkacem Sahli, pour ce lancement officiel. Ce site a pour objectif l'implication des compétences nationales à l’étranger dans les projets de recherche et de développement du pays et la réalisation d’une synergie entre les secteurs nationaux qui requièrent des potentialités humaines de haut niveau et des compétences algériennes à l’étranger ".

À ce sujet M. Benhamadi a déclaré. « Nous reconnaissons qu'il y a un énorme déficit de communication et d'information entre les compétences algériennes établies à l'étranger, mais le lancement de ce portail est venu pour rapprocher les valeurs du pays dans tous les domaines ».

Le Ministre affirmé en outre avoir apporté sa contribution pour l'acquisition des équipements et programmes indispensables au lancement de ce portail et à la maintenance outre la sécurisation des différentes applications et données pour une durée de trois ans et la formation de ses utilisateurs.
il est à noter que ce lancement marque la mise en œuvre effective de la convention conclue en décembre 2011 entre les deux parties avec pour objectif d’assurer une relation durable avec les compétences nationales à l’étranger à travers un système d’informations efficace.

De son côté, Belkacem Sahli, se félicitant de la création de ce portail, a vanté les compétences algériennes établies à l'étranger en les qualifiant de " ressource renouvelable.

Il a enchainé en affirmant ’’ La communauté algérienne établie à l’étranger a prouvé à maintes occasions son attachement aux questions nationales. Elle est disposée à contribuer avec l’élite algérienne à la recherche scientifique.

A l'instar de toutes les communautés des autres pays, toutes les compétences algériennes sont disponibles et n'attendent que la mise en place d'un environnement propice afin d'apporter une valeur ajoutée au pays natal ".

11 millions d'internautes en Algérie - le 16/05/2013 - 21:06 par djoudi
L'Algérie compte 11 millions d'utilisateurs de l'Internet haut débit et via le mobile, a indiqué jeudi le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, Moussa Benhamadi.

"En tout, 11 millions d'Algériens utilisent actuellement Internet, contre 10 millions en 2011", a précisé le ministre dans un entretien à l'APS à la veille de la journée mondiale des telecommunication et de la société de l'information (17 mai).

Pour ce qui est du nombre global d'abonnés à l'Internet, il est de 1,6 million, soit 1,3 million d'abonnés à Algérie Télécom (Adsl) et environ 300.000 autres au réseau Internet via le mobile, a-t-il relevé.

Il a expliqué que les usagers de l'Internet (11 millions) sont représentés par les abonnés à l'Adsl, les ménages et d'autres catégories sociales se connectant par le biais des réseaux d'entreprises ou des institutions (santé, l'enseignement supérieur et l'éducation nationale).

M. Benhamadi a estimé aussi que l'abonnement à l'Internet en Algérie "n'est pas coûteux" et demeure à la portée de tout le monde. "L'Algérie figure parmi les pays où la connexion à l'Internet est la moins chère du fait de la gratuité de l'accès illimité à tous les services, lesquels sont payants dans d'autres pays", a-t-il estimé.

Cependant, cet accès illimité et non facturé au volume entraîne "des goulots d'étranglement" sur le réseau Internet, ce qui explique la lenteur du débit de la connexion, a-t-il dit.

Le ministre a assuré que la qualité de la connexion s'améliorera progressivement à la faveur de la généralisation du raccordement par fibre optique, en remplacement des câbles en cuivre.

Pour ce qui est de la téléphonie mobile de troisième génération (3G), prévue d'être lancée en Algérie, la tarification ne sera pas identique à celle de l'Adsl, laquelle est à un prix fixe en illimité, selon le ministre. "Avec l'avènement de la 3G, des packs seront proposés aux abonnés à différents prix et en fonction du volume de la connexion", a-t-il indiqué, faisant observer que le lancement de la 3G nécessite la mise en place d'un réseau national en fibre optique et équipements hautement développés.

El Watan avec APS

La sécurité des sites Internet et principalement des données «personnelles» qui y sont contenues est plus que jamais d’actualité compte tenu de la multiplication des attaques contre des entités mais aussi des individus qui, à cause d’une faille, se retrouvent dépossédés de leurs données. Doctorant au laboratoire informatique de l’université Paris 6 et consultant en sécurité informatique, Fouad Guenane y revient dans cet entretien.

 

Que signifie sécuriser un site ou des informations sur Internet ?

Pour le commun des utilisateurs, sécuriser ses donner c’est surtout avoir la sagesse de ne pas donner ses informations personnelles et toutes autres informations qui nous appartiennent à tout le monde. Pour ce qui est des entreprises, elles ne doivent pas se mettre en difficulté parce que leurs informations sont en ligne. Ne pas garder la confidentialité des informations peut, par exemple, nuire à la commercialisation. On peut mettre le maximum d’informations sur Internet mais elles ne doivent être accessibles qu’aux personnes autorisées.

En général, quelles sont les motivations d’une attaque ?

On a plusieurs types de motivations. La première c’est la quête de la gloire, la seconde est quand une entreprise veut l’information d’une autre entreprise, la troisième c’est quand un groupe de hacker est payé pour attaquer un site et la quatrième c’est un Etat qui attaque un autre Etat.

Peut on supposer que les sites qui risquent de subir une attaque sont ceux qui sont développés en matière de données ?

On peut être attaqué à tout moment par n’importe qui. Il ne s’agit pas d’être développé pour risquer de subir une attaque mais plutôt de se préparer pour pouvoir confronter une éventuelle attaque sans subir de graves dommages.

Le contenu algérien qui est bien entendu pauvre, peut il intéresser les hackers ?

Ce n’est pas par rapport au contenu qu’on sécurise. Bien au contraire, l’idée que le contenu reste pauvre est intéressante et peut motiver un hacker dont le but est de maintenir cette situation de pauvreté.

Les sites des institutions et entreprises algériennes sont elles bien protégées ?

On m’a dit que la sécurité est un luxe. Depuis pas longtemps on m’a dit que c’est une option. Les gens ne prennent pas conscience du potentiel insécuritaire qui existe. Il faut prévoir toute une reconstruction si jamais on s’ouvre avec le e-paiement. On va arriver à une économique numérique et il faut suivre. Pour l’instant, les entreprises algériennes sont spectatrices dans le domaine de la sécurité. Dans l’immédiat, il faut que les managers se disent qu’il y a un risque et je dois former et préparer mes employés.

Plus de quatre millions d’algériens sont aujourd’hui sur Facebook. Peut on se protéger sur les réseaux sociaux ?

Ce qu’on croit est faux, Facebook ne protège pas. Dès qu’on va sur Facebook on n’est plus protégé. De prime à bord, ce réseau a toutes les infos et les vend au plus offrants. Mais le citoyen lambda n’a conscience de la faille qu’il peut avoir que s’il subit une attaque.


Appel à projets AUF : numérique éducatif - le 14/05/2013 - 20:25 par   djoudi

APPEL A PROJETS

Appui à la définition ou à la mise en application de la politique numérique d’un établissement

Date limite du dépôt des dossiers : 30 juin 2013

Mots clés : IFIC, numérique éducatif
Sommaire :
  • Le contexte
  • Nature de l’appui
  • Qui peut répondre à l’appel ?
  • Types de projets attendus
  • Quelle forme et quel format pour les réponses au présent appel ?
  • Procédure de sélection
  • Calendrier

Le contexte

Parmi les cinq conditions de réussite pour l’implantation du numérique dans un grand établissement d’enseignement et de recherche, le rapport « L’université numérique : éclairages internationaux » publié en France en 2010 par la Caisse des Dépôts en partenariat avec l’OCDE et la Conférence des Présidents d’Université, cite en premier le fait que « les universités doivent développer une stratégie numérique globale en appui de la stratégie générale de l’institution ». La seconde précise que cette stratégie numérique doit être « portée par la direction de l’établissement et toujours considérée et menée comme un véritable projet de l’ensemble de l’institution ».

Or la plupart des initiatives au niveau des Technologies de l’Information et de la Communication au service de l’Éducation (TICE) ou de la formation à distance dans les établissements universitaires proviennent d’individus, au mieux de départements, mais trop rarement des rectorats et des présidences. Autant ces initiatives personnelles sont louables, autant elles peuvent entraîner des problèmes comme la multiplicité des plates-formes et des modèles pédagogiques, la difficulté de réutilisabilité des modules, le partage d’expérience réduit sinon inexistant avec les autres composantes de l’université, l’absence de suivi-qualité, la complexification de la maintenance technique…. La mise en place d’un cadre formel et d’un référentiel au niveau d’une université ou d’une faculté, sinon d’un plan de développement bien structuré, permet d’éviter certains de ces écueils et favorise le dialogue entre les différents initiateurs de projet travaillant au sein de la même institution.

Afin d’encourager cette approche structurante, l’Institut de la Francophonie pour l’Ingénierie de la Connaissance et la formation à distance (IFIC) nouvellement créé par l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) entend supporter les universités francophones du bassin méditerranéen et de l’Afrique sub-saharienne qui souhaitent s’engager de manière rationnelle dans un projet à grande échelle d’insertion du numérique dans le système d’enseignement, de recherche ou de gouvernance de leur établissement ou d’une composante majeure de leur établissement (faculté, institut,…).

Les plans stratégiques envisagés et proposés par les universités devront répondre à l’un des objectifs suivants :

  • définir, adapter ou rénover un plan stratégique global d’insertion du numérique dans la formation et/ou la recherche à l’échelle de l’établissement,
  • définir, adapter ou rénover un plan stratégique global d’implantation d’un dispositif de formation à distance à l’échelle de l’établissement,
  • structurer l’introduction du numérique dans la vie de l’établissement.

Nature de l’appui

L’appui de l’AUF consistera en la mise à disposition d’un expert TICE pour accompagner les établissements retenus dans la définition de leur projet stratégique, ou dans sa mise à niveau, ou dans sa refonte, ou encore dans la rédaction du cahier des charges ou du plan d’action. Il pourra également consister en la mobilisation d’experts pour la formation aux TICE des ressources humaines associées à un plan stratégique déjà engagé.

Qui peut répondre à l’appel ?

Tout établissement membre de l’AUF du pourtour méditerranéen et de l’Afrique sub-saharienne.

Types de projets attendus

Les plans stratégiques attendus pourront concerner :

  • l’introduction à grande échelle d’un volet numérique dans l’enseignement,
  • l’introduction du numérique dans le système de gouvernance
  • la création d’un dispositif de formation ouverte et à distance (FOAD) à grande échelle,
  • le renforcement à grande échelle des compétences TICE du corps professoral,
  • la création d’un dispositif de cours en ligne ouvert à tous (MOOC) à l’échelle d’un établissement,
  • la création d’un système de laboratoires en ligne ouvert à tous (MOOL) à l’échelle d’un établissement.

L’IFIC privilégiera les demandes faisant l’objet d’un appui collectif et/ou d’un partenariat régional.

L’engagement des universités bénéficiaires dans le financement de l’action prévue (par l’inscription du projet dans le projet d’établissement par exemple, ou par un début d’investissement à la date de dépôt du dossier) est une condition nécessaire à l’appui.

Quelle forme et quel format pour les réponses au présent appel ?

En réponse à cet appel, le responsable d’établissement est invité à transmettre au plus tard le 30 juin 2013 à l’adresse suivante :

IFIC / CNF de Tunis
INSAT - BP 519
1080 Tunis Cedex (Tunisie)

Le dossier devra comprendre les éléments suivants :
1) Le formulaire de candidature officiel à télécharger ici, à remplir, à faire signer et tamponner par le Président ou le Recteur de l’université porteuse du projet,
2) Le document descriptif du projet présenté selon les normes définies dans le formulaire,
3) Le CV du porteur de projet,
4) Les CV du personnel de l’établissement impliqué dans le projet,
5) Tous documents attestant le partenariat établi autour du projet signés par les autorités compétentes.

Une version scannée du dossier sera envoyée à l’adresse courriel suivante : ific@auf.org avec la référence « POLNUM13 » pour prendre date.

Procédure de sélection

Les dossiers sont déposés auprès de l’IFIC qui en examine la recevabilité administrative. Ne sont considérés que les dossiers présentés et argumentés par la plus haute autorité de l’établissement, membre de l’Agence universitaire (AUF).

Les dossiers sont instruits par une commission d’experts réunie et animée par l’IFIC. Les dossiers sont retenus en considération de l’enveloppe budgétaire dédiée par l’IFIC à cet appui. La sélection est ensuite présentée à la Commission Régionale d’Experts (CRE) dont dépend l’université porteuse de projet. Les résultats définitifs sont portés à la connaissance des établissements par courrier sur l’initiative de l’IFIC.

La mise en œuvre du soutien de l’AUF est assurée par l’IFIC et le bureau régional concerné. Une fois l’appui terminé, l’expert désigné doit remettre à l’établissement, à l’IFIC et au bureau régional de l’AUF un rapport final répondant aux attentes exprimées dans le projet soumis par l’établissement.

Calendrier

07 Mai 2013 - Lancement de l’appel à manifestation d’intérêt
30 Juin 2013 - Date limite de réception par l’IFIC des réponses à l’appel


3ème jour d’ «Algeria 2.0» L'open data DZ - le 18/04/2013 - 13:28 par djoudi

L’ «opendata », ou ce qu’on appelle l’ouverture de données commence à se faire une place en Algérie, dans une société où la consommation dépasse l’offre, malgré les difficultés. « L’ouverture des données est un travail de long terme » c’est ce qu’a déclaré Roukhi Amine, Consultant en stratégie numérique dans une présentation donnée mercredi au cyberparc Sidi Abdellah, dans le cadre de l’événement Algeria2.0 dont l’ouverture remonte au 15 avril (jusqu’au 20). L’open data vise à rendre les données « accessible à tout le monde, et exploitable est réutilisable». Les acteurs privés, qu’ils soient des associations, des ONG ou bien de simples citoyens, sont aussi concernés par l’utilisation des données a poursuivi Amine Roukhi.

Comme toute information crédible, la donnée ouverte doit respecter trois critères : en premier le critère technique, « qu’elle soit brute, exploitable et de manière simple dans un format ouvert. On peut l’exploiter sans avoir besoin de logiciel spécifique ». En second la condition juridique, « la licence de la donnée doit être la plus ouverte possible. Enfin, le critère économique « il ne faut pas y avoir de redevance ou faible redevance, car ça peut être un frein à la donnée », a expliqué le consultant en stratégie numérique.

Or, il existe bel et bien des données qui ne sont pas concernés par l’open data, telles les data relatives à « la défense nationale ou les données relatives à la vie privée des gens, par exemple les casiers judiciaires » a indiqué Amine Roukhi.

Pour conclure sa présentation, Amine Roukhi a incité à travailler dans la sensibilisation, c’est-à-dire sensibiliser les gens car « ils sont capable de produire de la donnée, c’est une chose qui aide à l’amélioration de leur vie quotidienne ».

La présentation qui a suivie celle de l’opendata, était à caractère très technique, à savoir « les normes en matières de développement WEB et les spécificités de l'OpenData », donnée par Samy Bouchaib, Responsable du campus numérique francophone spécialisé en Energies. Il était question d’exposer les différentes normes qu’un développeur doit respecter pour rendre son contenu visible. « Si on ne respecte pas les normes la visibilité sera à zéro », a affirmé Samy Bouhaib. Il a parallèlement abordé le sujet de l’opendata, en affirmé qu’une migration vers l’opendata serait possible « le passage de données classique vers l’opendata prend un peu de temps, mais à condition de respecter les normes ».

Pour ce qui est de la « cartographie collaborative» de son entreprise, Gael Musquet, président « OpenStreetMap-France » a indiqué dans sa longue présentation que, désormais, tout le monde a les moyens de produire des données en utilisant des Smartphones ». Il a abordé, au cours de sa conférence les différentes étapes pour contribuer à la création des cartographies des itinéraires. Il s’est d’ailleurs basé sur des exemples concrets. "En 10 jours, on peut cartographier les lignes de la RSTA (actuelle ETUSA, ndlr)".



Par : Imène Amokrane, Liberté

L'Algérie a reculé à la 131ème place dans le classement mondial 2013 des technologies de l'information et de la communication (TIC), après avoir occupé le 118ème rang en 2012, a indiqué le nouveau rapport du World Economic Forum publié mercredi.

Sous le thème "croissance et emploi dans un monde hyper-connecté", ce rapport de plus de 400 pages a élaboré son classement en fonction de l'indice "Networked Readiness Index" (NRI) qui évalue la disponibilité de 144 pays à exploiter les TIC en termes notamment de croissance, de compétitivité ainsi que de la prospérité de leurs citoyens.

Pour le mesurer, l'indice NRI calcule l'aptitude d'un pays à exploiter pleinement les TIC en termes respectivement d'infrastructures des TIC, du coût d'accès et de disponibilité des compétences requises pour un usage optimal, de l'utilisation des TIC par les gouvernements et le milieu des affaires, du contexte économique et du climat pour l'innovation, du cadre politique et réglementaire et de l'impact économique et social des TIC.

Pour chacun de ces paramètres, le rapport a également élaboré un classement pour l'ensemble des pays. Selon les auteurs de cette étude, le rapport démontre qu'un pays "qui tarde à mettre en place une vaste stratégie nationale pour le service à grand débit risque d'accuser un déficit de compétitivité mondiale et ne pourra pas récolter les avantages sociaux des TIC".

De surcroît, ils relèvent que "les avantages des TIC sont, aujourd'hui, largement reconnus et représentent une méthode permettant aux entreprises et au secteur économique d'optimaliser la productivité, de libérer des ressources et d'encourager l'innovation et la création d'emploi".

Dans son commentaire pour chacun des pays évalués, le rapport souligne que pour ce qui concerne l'Algérie, "sa chute de 13 places, en une année, pour occuper le 131ème rang, montre qu'elle continue à afficher un faible effet de levier des TIC, avec l'un des impacts les plus faibles mondialement sur le plan économique (143ème place mondiale pour ce critère) et social (141ème).

Il souligne également qu"'une mauvaise infrastructure des TIC (119ème) combinée avec une faible base de compétences (101ème) se traduisent par des niveaux très faibles d'utilisation des TIC (140ème)".

A ce propos, le rapport précise que l'Algérie se classe respectivement à la 100ème place sur la base du critère de l'usage individuel des TIC, à la 144ème place dans leur usage dans le domaine des affaires, et à la 139ème place dans leur utilisation dans la sphère institutionnelle et gouvernementale.

En outre, il considère que "les graves déficiences dans le cadre réglementaire (141ème) et les insuffisances dans l'environnement des affaires et de l'innovation (143ème) entravent les capacités positives qui découlent des TIC". Par ailleurs, il est constaté qu'à l'échelle arabe, l'Algérie se classe à l'avant-dernière place suivie de la Libye.

Les pays arabes les mieux classés et qui se trouvent au Top 30 à l'échelle mondiale sont le Qatar (23ème), les Emirats arabes unis (25ème) et le Bahreïn (29ème).

Mondialement, les 10 premiers pays sont la Finlande, Singapour, Suède, Pays-Bas, Norvège, Suisse, Royaume-Uni, Danemark, Etats-Unis et Taiwan.

 

A l'échelle africaine et sur les 38 pays qui en sont évalués dont l'île Maurice, l'Afrique du sud et les Seychelles sont les trois meilleurs classés, l'Algérie occupe le 27ème rang en se trouvant parmi les 11 derniers pays au niveau africain, et les 14 derniers pays au plan mondial aux côtés notamment de la Mauritanie, du Tchad et du Lesotho.


Un jeune chercheur algérien invente les tests à domicile pour diagnostiquer des maladies - le 31/03/2013 - 22:42 par   djoudi

A 33 ans, Abdenour Abbas, originaire de Makouda dans la wilaya de Tizi-Ouzou, vient de révolutionner la recherche mondiale. En effet, ce jeune chercheur algérien de l'université de Washington à Saint Louis aux Etats-Unis d'Amérique, a inventé des biocapteurs ultrasensibles à base d’anticorps artificiels pour le diagnostic médical.

 

Le chercheur algérien a créé une nouvelle technologie qui permet aux patients de faire des tests à domicile pour diagnostiquer des maladies comme la grippe, le cancer, le sida en utilisant de la sueur, de l’urine ou du sang, rapporte à ce sujet la publication scientifique américaine Technology review. Selon cette source, grâce à cette invention, "les malades n’auront plus besoin de se déplacer dans des cabinets médicaux et les hôpitaux pour diagnostiquer ce genre de maladies", explique sur son site internet cette prestigieuse publication scientifique. Le travail remarquable accompli par ce jeune chercheur algérien établi aux Etats-Unis lui a permis d'être classé dans le top 10 des chercheurs les plus innovants et âgés de moins de 35 ans !

 

Abdenour Abbas figure ainsi "dans le Top 10 des lauréats de la première édition française du concours conduit par la Technology review, pour l’Institut américain de technologie de Massachusetts (MIT)", explique à ce sujet le quotidien électronique Tout sur l'Algérie (TSA) qui ne manque de précise que "ce concours, dont les résultats ont été publiés le 21 mars dernier, permet de distinguer chaque année de jeunes talents de moins de 35 ans, dans les nouvelles technologies. Il est à l’origine de la célébrité de plusieurs génies comme : Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, Serguei Brin, co‑fondateur de Google, Max Levchin, co‑fondateur de Paypal, Linus Torvalds, développeur de Linux, Jack Dorsey, co‑fondateur de Twitter".

 

"Dans 10 ans, on aura moins besoin de médecins pour le diagnostic, mais on aura toujours besoin de leur suivi quand c’est nécessaire. Ces tests vont également permettre aux individus de connaître les risques qu’ils ont pour certaines maladies afin de se pendre en charge avant même que la maladie ne se déclenche", a confié à ce sujet ce jeune chercheur qui ne cache pas sa fierté d'avoir été sélectionné parmi les meilleurs chercheurs dans le domaine des nouvelles technologies. Diplômé de l'université de Tizi-Ouzou en 2003, Abdenour a été contraint de quitter l'Algérie à cause des horizons bouchés auxquels il était confronté . Pis encore, ce génie n'a jamais été considéré dans son propre pays et évoluait dans des conditions plus que défavorables. Au lieu de développer son ingéniosité et de faire de la recherche, en Algérie, ce jeune talent passait de longues heures dans de très longues files d’attente "au restaurant universitaire de Hasnaoua à Tizi Ouzou, avec une cuillère dans la poche, il y a à peine 10 ans". "J’ai un frère qui me dit que c’est toujours le cas aujourd’hui", a-t-il déploré dans son témoignage recueilli par TSA. Un témoignage au cours duquel il n'a pas hésité à faire savoir qu'il "n’y a pas plus triste qu’un talent gâché". Mais cette vérité amère, nos dirigeants n'arrivent toujours pas à la comprendre ou la saisir...

 

La Rédaction de NessNews

 


Le meilleur lycée de France est un lycée privé… Musulman - le 31/03/2013 - 22:40 par   djoudi
Averroès, un lycée privé musulman situé à Lille, au nord de l’Hexagone, vient d’être classé meilleur lycée en France. Ce lycée caracole, effectivement,  en tête du classement établi par le quotidien « Le Parisien » qui a repris, mercredi, les informations du Ministère de l’Education Nationale en France « afin d’établir comme chaque année le classement des meilleurs lycées de France », a-t-on expliqué jeudi.
 
Ainsi, le lycée Averroès de Lille est arrivé premier au classement régional et on le retrouve aussi dans le trio de tête au niveau national selon les critères arrêtés par  le ministère français de l’éducation. Ce lycée musulman devance, dés lors, de prestigieux lycées comme Henri IV, ou encore le célèbre Louis Le Grand.   »Cette reconnaissance de notre établissement, par ce classement, consacre l’engagement d’une équipe pédagogique, éducative et administrative, le travail de nos élèves comme le soutien des familles autour de l’association Averroès porteuse de notre projet propre », s’est réjoui dans ce sens, le président du Lycée Averroès, Ali Lasfar.   »Cette reconnaissance nous impose aussi pour l’avenir modestie et persévérance, qu’ont toujours eu les fondateurs du lycée. Nous remercions tous ceux qui ont cru en cette aventure et qui l’ont toujours soutenue », a-t-il ajouté dans un communiqué rendu public mercredi.
 
Il est à souligner, en outre, que pour réaliser ce classement, « Le Parisien » s’est basé sur 4 critères qui sont le « taux de succès général du lycée, taux d’accès de la seconde au bac (probabilité qu’un élève de seconde obtienne son baccalauréat dans le même lycée), valeur ajoutée sur le taux de succès du lycée par sa différence du taux de succès par rapport au taux attendu calculé par le ministère, et valeur ajoutée du lycée sur son taux d’accès de la seconde au Bac « , a-t-on expliqué. D’autres quotidiens français, à l’image du Figaro, ont réalisé aussi leur propre classement où ils ont sélectionné d’autres critères tels que la capacité à faire progresser les élèves en prenant en compte la différence entre le taux de réussite obtenu par le lycée en 2012 et celui que l’on pouvait attendre. Mais même dans ces classements, le lycée musulman de Lille arrive parmi les premiers sur l’ensemble du territoire français. Signalons enfin que le lycée Averroès affiche  le meilleur taux de réussite au baccalauréat français, à savoir un taux de  100% de réussite !

Après les entrepreneurs avec le trophée de la meilleure startup remis l’an passé à un étudiant de l’École Supérieure d’Informatique, c’est au tour des innovateurs d’être mis à l’honneur par le Salon.

Le concours est ouvert aux PME, grandes entreprises et administrations publiques qui présenteront pour l’occasion un projet IT se basant sur une ou plusieurs technologies. Ce dernier devra avoir permis d’améliorer la compétitivité ou le fonctionnement de l’entreprise. Exception faite des administrations qui auront à présenter un projet visant à simplifier la vie du citoyen.

Ouverte du 1er avril jusqu’au 31 juillet, l’inscription au concours est gratuite et doit répondre à des conditions spécifiques, énumérées sur la page de l’évènement.

Pour rappel, le MED-IT soufflera ses 10 bougies et promet un programme spécial pour l’occasion qui reviendra sur la dernière décennie vécue par le secteur, et ses évolutions.

Le salon se tiendra comme chaque année au Palais de la Culture et ce, du 23 au 25 septembre.

À l’occasion de la commémoration de l’anniversaire de la mort de 15 journalistes algériens lors d’un crash d’avion au Vietnam en 1974, le ministre de la communication a assisté à une cérémonie organisée par Ech Chaab, quotidien arabophone.

Le responsable en a profité pour revenir sur l’idée de création d’une journée nationale de l’information, qui a été entérinée mais dans la date reste inconnue.

Le ministre a évoqué 3 dates probables pour cette journée, à savoir celle d’hier et commémorant la mort de 15 journalistes et techniciens algériens au Vietnam en 1974, la date de création de la radio « Sawt El Djazair », correspondante au 12 mai 1931 ou encore celle de la fondation du quotidien Ech Chaab, correspondante au 11 décembre 1962.

L’année 2014 verra donc la célébration d’une journée nationale de l’information, soit en mars, en mai ou en décembre.