En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Elabweb_Titre.png

Nouvelles

CALL FOR PAPERS MEDI 2017 - le 06/02/2017 - 13:47 par djoudi
===========================================================
CALL FOR PAPERS MEDI 2017
The 7th International Conference on Model and Data Engineering (MEDI 2017)
4 - 6 October 2017
Barcelona, Spain
URL: http://www.essi.upc.edu/dtim/medi2017/
===========================================================

CONFERENCE PROCEEDINGS & JOURNAL SPECIAL ISSUES
Submissions must conform to Springer's LNCS style and should not exceed 14 pages. Submitted papers will be carefully evaluated based on originality, significance, technical soundness, and clarity of exposition. 
The program committee may decide to accept a submission as a short paper if it reports interesting results, but does not justify a publication as a full paper. 
All accepted papers including short papers will be published in Springer LNCS series. 
Best papers will be invited for submission in special issues of the following Journals:
Computing, Springer Verlag (5-year Impact Factor: 1.144)
Computer Languages, Systems and Structures, Elsevier (5-year Impact Factor: 0.459)

IMPORTANT DATES:
Full paper submission: April 28, 2017
Notification of acceptance: June 20, 2017
Camera-ready Submission: July 6, 2017
Conference: October 4,5, and 6, 2017

Keynote Speakers
- Bernhard Rumpe (RWTH Aachen University, Germany) Advances in Model Language Engineering
- Panos Vassiliadis (University of Ioannina, Greece) Schema Evolution and Gravitation to Rigidity: a tale of calmness in the lives of structured data


ABOUT MEDI
The main objective MEDI conferences is to provide a forum for the dissemination of research accomplishments and to promote the interaction and collaboration between both modelling and data research communities. 
For its second time in Spain, MEDI 2017 conference will continue the tradition by providing a platform for researchers and practitioners form industry and academic to report recent technology trends and research results in Models & Data Engineering, as well applications in industrial contexts.

TOPICS
MEDI 2017 encourages researchers to submit papers highlighting benefits of modelling for data engineering and vice-versa, in areas such as cyber-physical systems, big data, social media, etc. Specific areas of interest to MEDI 2017 include but are not limited to:
- Modelling languages and related standards
- Modelling in software and complex system engineering
- Formal methods, analysis, verification & validation
- Model-based testing and performance analyses
- Ontology-based modelling
- Model integration, model transformation
- Collaborative modelling and model repositories
- Models as services and models monitoring
- Modelling for reuse, dependability and maintainability
- New models and architectures for databases
- Heterogeneous data, data Integration, Interoperability
- Data warehouses, OLAP and data mining
- Database system Internals, performance analysis, self-tuning benchmarking and testing
- Database security, personalization, recommendation
- Web databases, ontology-based databases
- Service based data management
- Service oriented applications
- Urbanization of database applications


General Co-Chairs
- Alberto Abelló, Universitat Politecnica de Catalunya, Spain
- Ladjel Bellatreche, ISAE-ENSMA, France
Program Committee Co-Chairs
- Mirjana Ivanovic, University of Novi Sad, Serbia
- Yassine Ouhammou, ISAE-ENSMA, France

L’enseignement à distance connaît un franc succès ces dernières années dans la wilaya de Tizi Ouzou. Durant l’année 2016, la direction régionale du Centre national d’enseignement professionnel à distance (Cnepd) de Tizi Ouzou a formé 883 moniteurs d’auto-école, 883 chauffeurs de taxi, 11 assistantes de maternelle et 15 photographes professionnels. 

Selon Hadjout Rachid, chef du service information et communication, le Cnepd de Tizi Ouzou, qui a accueilli 700 stagiaires en 2016, a dispensé également une formation qualifiante au profit des pensionnaires de la maison d’arrêt, où 18 détenu(e)s ont suivi un stage de photographie professionnelle et de maquillage-manucure. L’enseignement par correspondance, initialement dispensé sur support en papier et où la relation enseignant-apprenant était épistolaire, passe désormais au numérique, et ce, depuis 2012, a expliqué M. Hadjou, ajoutant que grâce à internet, ce mode d’apprentissage offre une flexibilité multiforme, ainsi que tous les outils issus des TICS, dans toutes les pratiques pédagogiques.

Dans la même optique d’ouverture sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication, le Cnepd poursuit la mise en place du dispositif e-learning (apprentissage via internet). Ainsi, toutes les spécialités dispensées et accessibles à distance sont hébergées dans une plateforme permettant aux stagiaires l’accès en ligne aux contenus informatisés des formations. La formation à distance connaît un réel engouement en Algérie. Elle a été lancée en 1984, alors que les techniques d’enseignement étaient à leurs prémices et la relation enseignant-apprenant était épistolaire.


Quelques années après, l’apprentissage par correspondance cède la place à l’enseignement à distance, lequel sera porteur d’approches nouvelles de réponses à la diversité des publics qui font appel à lui, a-t-on indiqué. «Aujourd’hui, le Cnepd prend son élan et prépare un avenir professionnel certain, où s’intègrent les nouvelles formes et voies d’accès au savoir et au savoir-faire véhiculés par le numérique. De l’épistolaire au e-learning (apprentissage via internet) en passant par la duplication de CD Rom, intégrant les nouvelles TIC dans toutes les pratiques pédagogiques, multipliant ainsi l’offre de plusieurs formules de formations pour arriver tout récemment à l’application interne qu’on a appelée le ERP School, qui nous permet de numériser ainsi tout le processus allant de l’inscription de l’apprenant jusqu’à sa fin de formation», a estimé M. Hadjout.

Ahcène Tahraoui

ElWatan du 02/01/2017

http://www.elwatan.com/regions/kabylie/tiziouzou/succes-de-l-enseignement-a-distance-02-01-2017-336221_144.php


Partage sur facebook - le 09/01/2017 - 12:28 par djoudi

Les fonctions "j'aime" et "partager" sur facebook integrer au site FormaTIC

Formatic


DIET 2017 - le 01/01/2017 - 17:53 par djoudi

The 2nd International Conference on Data , Internet & Education Technologies 2017  

(The DIET 2017)

The Magani Hotel & Spa Legian, Bali -  Indonesia,

01 - 02 April 2017

The DIET 2016 publication is in Advanced Science Letters in Volume 22, Number 8 (August 2016) pp.1865-2069 http://www.aspbs.com/science/

REMINDER - EXTENDED DEADLINE Paper Submission:  08 January 2017

The DIET 2017 Publication will be published by American Scientific Publishers in Advanced Science Letters (ISSN: 1936-6612 (Print): EISSN: 1936-7317 (Online)).

The indexing of the Advanced Science Letters SCOPUS(http://www.scimagojr.com/journalsearch.php?q=19700181106&tip= sid&clean=0), Chemical Abstracts, Elsevier Bibliographic Databases, Biological Sciences Abstracts, Biotechnology and BioEngineering Abstracts, Biotechnology Research Abstracts, Bacteriology Abstracts (Microbiology B), Neurosciences Abstract, Engineering Research Database, Technolog Research Database, Environmental Science and Pollution Management.

The purpose of The DIET 2017 is to promote discussion and interaction among academics, researchers and professionals in the field of Internet Technologies, Data Engineering and Education Technologies.

Please visit http://icdiet.org/papersub.html  for full paper submission procedures.

Topics of interest include (but are not limited to):

  • Track 1. Internet Communication and Networking
  • Track 2. Internet Software Technology
  • Track 3. Internet Systems and Applications
  • Track 4. Ubiquitous Security, Privacy and Trust
  • Track 5. Electronics and Communications Engineering
  • Track 6 Information and Communication Engineering
  • Track 7 Embedded Systems
  • Track 8. Education Technology
  • Track 9. Data Engineering
  • Track 10. Business Intelligence
  • Track 11. Computational Intelligence

Please visit http://icdiet.org/ScopeConf.html  more detail of the topics of interest.

We would like your kindness to forward this Call for Paper to your colleagues/students.

Please email us for any questions to thedietconf[at]gmail.com

Looking forward to meet you in DIET 2017, Bali, Indonesia

Sincerely yours,

The DIET 2017 Publicity Chair 


Plus de 9.000 start-up créées dans les TIC - le 01/01/2017 - 14:13 par Djoudi

ALGER - Plus de 9.000 start-up spécialisées notamment dans les technologies de l'information et de la communication (TIC) ont été créées à ce jour grâce aux mesures d'aide à la création de l'emploi, a indiqué à l'APS le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El Ghazi.

"Nous avons déjà créé plus de 9.000 start-up et nous comptons en créer autant", a-t-il souligné en marge de la rencontre nationale des jeunes entrepreneurs tenue samedi à Alger, au cours de laquelle il a remis l'agrément pour la création officielle de la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs (FNJE).

"L'Algérie ne doit pas être en retard par rapport aux autres pays au moment où les nouvelles technologies sont l'un des paramètres qui guident et déterminent les relations économiques internationales et le développement humain en général", poursuit-il 

Par ailleurs, dans son allocution prononcée lors de cette rencontre, le ministre a rappelé les facilitations et les mesures d'accompagnement des jeunes investisseurs telle que l'obligation d'accorder aux jeunes 20% des marchés publics dans les collectivités locales.

Il a indiqué que jusqu'à la fin octobre 2016, plus 500.000 micro-entreprises avaient été créées dans différents secteurs depuis la mise en place des dispositifs de l'ANSEJ et de la CNAC, en générant plus d'un (1) million de postes d'emploi directs. 

Par ailleurs, M. El Ghazi a fait savoir que son département ministériel menait une réflexion avant les différents partenaires, dont des banques, sur les moyens de soutenir les jeunes investisseurs en difficulté, et ce, en établissant notamment un nouveau programme de paiement des échéanciers des crédits, de les aider à se former ou de les orienter carrément vers d'autres secteurs d'activité.

Placée sous le thème "La micro-entreprise, noyau de l'économie nationale", cette rencontre s'est tenue en présence également du ministre de l'Enseignement et de la formation professionnelle, Mohamed Mebarki, et du secrétaire général de l'UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd.

Le président de la FNJE, Khireddine Hamel, a indiqué que cette nouvelle entité avait déjà enregistré plus de 20.000 demandes d'adhésion via les réseaux sociaux, ajoutant que son objectif est d'atteindre le nombre de 300.000 entreprises adhérentes. 

Un salon a été organisé en marge de cet événement avec la participation de 25 exposants exerçant dans différents domaines à l'exemple de l'industrie, des TIC et de l'agriculture, et qui ont créé leurs entreprises dans le cadre des dispositifs de l'ANSEJ et de la CNAC. 

http://www.aps.dz/sante-sciences-tech/50605-plus-de-9-000-start-up-cr%C3%A9%C3%A9es-dans-les-tic


L’année 2016 n’a pas été de tout repos pour beaucoup, mais force est de constater que l’économie numérique devra une fière chandelle à cette année, qui a mis en place nombre de nouveautés.

Tops : 

Si la généralisation de l’e-paiement et de la 4ème génération de technologie mobile viennent en tête des nouveautés cette année, d’autres initiatives auront également choisi 2016 comme rampe de lancement, à l’image des espaces de coworking d’Alger et Sétif, à savoir The Address, Sylabs et « Mon Atelier ».

Au rayon des satisfactions, la multiplication des événements dédiés à l’économie numérique et à l’entrepreneuriat est à retenir. Outre les habituels Siftech, Webdays (qui fêtaient leurs 5 ans pour l’occasion), SICOM, semaine de l’entrepreneuriat et Algeria 2.0, 2016 a vu la tenue de la première édition de la compétition Hard Innovation au Centre de Développement des Technologies Avancées (CDTA), et la seconde de Seedstars Algeria- visant à récompenser les meilleures startups. Dans un aspect plus tech’, BSides Algiers a soufflé sa 5ème bougie, tandis StartHack voyait sa première édition se tenir à Médéa.

En plus de la 4G, le monde du mobile a connu une concurrence farouche entre les constructeurs ainsi que les opérateurs, qui veulent s’adjuger la part du lion dans un marché qui compte 17 millions de mobinautes et 43 millions d’utilisateurs de la téléphonie mobile. Djezzy a doublé son investissement dans les infrastructures et a lancé un incubateur de startups, tandis qu’Ooredoo et Mobilis continuent de proposer leur offre 4G dans plus de 20 wilayas.

Flops :

Malgré ces innombrables initiatives et bien d’autres, l’année a également été marquée par des flops qui ont laissé leur trace.

Les internautes ont été les plus touchés par ces manquements, d’abord avec la coupure du câble internet sous-marin reliant Annaba à Marseille et qui a causé des perturbations du trafic sur tout le territoire pendant plusieurs jours.

À peine remis de cette mésaventure, les internautes ont à nouveau été privés de leur média préféré, en raison de la tenue des épreuves du baccalauréat en juin. Les autorités ont ainsi décidé de couper l’accès à internet afin d’éviter la fuite des sujets. Résultat mitigé à cause du désormais célèbre protocole VPN.

https://geekyalgeria.com/retrospective-2016-du-numerique-en-algerie-peut-mieux-faire/


L’incubateur de projets dans le domaine des TIC, installé à l’Institut national des télécommunications, des technologies de l’information et de la communication (INTTIC) d’Oran sera inauguré "au plus tard début 2017", a-t-on appris du directeur de cet établissement de l’enseignement supérieur.


Cet incubateur, mis en place en collaboration avec l’Agence nationale de promotion des Parcs technologiques (ANPT), sera le cadre idoine pour les étudiants pour mettre sur pied leurs projets innovants en matière de TIC, les concrétiser et, de ce fait, faire profiter l’économie nationale, a indiqué à l’APS Rachid Nourine.


"Nous avons lancé un appel à projets pour l’ensemble des étudiants intéressés, aussi bien dans notre institut que dans les autres universités de la région. Le bénéfice sera national", a-t-il souligné.


Une commission s’attellera sur l’étude des différentes propositions de projets et leurs impacts sur les plans socio-économiques. Les projets retenus traiteront essentiellement des TIC, des télécommunications et des systèmes d’information. Ils seront incubés dans cette enceinte et financés.


"L’installation de ces porteurs de projets illustre parfaitement une volonté de réunir toutes les conditions à même de favoriser l’émergence d’une société algérienne de l’information où les TIC seront mises à profit pour une vie meilleure", a jouté le même responsable.


Cet incubateur a été créé suite la signature, le 4 avril 2016, d’une convention entre l’INTTIC et l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT), qui financera les projets développés dans ce cadre.

APS

http://www.maghrebemergent.com/actualite/breves/fil-maghreb/66814-algerie-l-incubateur-de-projets-dans-le-domaine-des-tic-d-oran-inaugure-en-2017-responsable.html


ALGER - L'Algérie, grâce à sa stratégie de développement des technologies de l'information et de la communication, s'est imposée en 2016 comme l'un des pays les plus dynamiques dans ce domaine.

En effet, l'Algérie a affiché, au cours de cette année, des progrès substantiels dans sa politique d’édification de la société de l’information et de l’économie numérique, améliorant ainsi son score de neuf positions dans le classement établi par l’Union internationale des télécommunications (UIT) dans son rapport de 2016 sur la société de l'information.

Selon ce document, l'Algérie figure, cette année, parmi les trois pays dans le monde ayant le plus progressé en matière d'indice de développement des TIC qui est passé de 3.74 en 2015 à 4.40 en 2016, soit de la 112e à la 103e place en une année.

Pour rappel, entre 2010 et 2015, l’Algérie n'avait gagné qu'une seule place, passant de la 114e à la 112e place dans le classement mondial de 167 pays en matière d’indice de développement des TIC. 

Le secrétaire général de l'UIT, Houlin Zhao, a estimé, lors d'une visite à Alger, qu'en ce qui concerne le développement des TIC pour 2016, l’Algérie a avancé "assez vite" dépassant les 115%, par rapport aux autres pays du continent africain, et se hissant de 9 places dans le classement mondial, "ce qui est unique dans le monde arabe".

Ainsi, la stratégie nationale e-Algérie, adoptée en 2013 par le secteur de la Poste et des TIC avec pour principal objectif la diversification des technologies d’accès, dont le déploiement du haut et très haut débit fixe et mobile, commence à produire des résultats palpables.

Cette politique a permis cette année de renforcer davantage l'internet à très haut débit fixe (ADSL+) en atteignant plus de 70.000 kilomètres de réseau en fibre optique, une technologie qui permet une connexion 5 fois plus rapide que sur le fil en cuivre, puisque les débits de téléchargement vont de 20 Mo jusqu'à 100 Mo.

Outre la fibre optique, l'Algérie s'est attelée à améliorer sensiblement l'internet mobile en lançant en 2016 la 4G, un réseau qui permet un débit jusqu'à 10 fois plus rapide que celui de la 3G disponible depuis trois ans.

La 4G implique de meilleures performances dans les téléchargements de contenus, ainsi que lors d’envois effectués à partir d’un smartphone ou tablette.

Le visionnage en streaming de vidéo en haute définition, l'écoute de contenus audio, les téléchargements de photos et fichiers volumineux seront d'une très grande simplicité, ce qui contribuera à faciliter la vie des citoyens et des professionnels utilisant leurs mobiles comme outils de travail.

La 4G accélère l'usage des TIC

Attendu depuis des années aussi bien par les citoyens que par les opérateurs, la 4G, lancée officiellement début octobre dernier, devra booster l'utilisation des TIC en Algérie.

Et pour cause, dès sa mise en exploitation par les trois opérateurs de la téléphonie mobile (Mobilis, Ooredoo et Djezzy), la 4G a connu un engouement certain de la part des internautes algériens qui se sont rués, dès l'annonce de son lancement, vers les agences commerciales afin de mettre à niveau leurs puces 3G avec cette nouvelle technologie.

Pour d'autres internautes, il fallait changer carrément de smartphone pour un appareil adapté à la 4G, ce qui a favorisé une dynamique dans le marché de la téléphonie mobile.   

Cette dynamique a incité les opérateurs de la téléphonie mobile à accélérer le déploiement de la 4G en Algérie, dépassant même les objectifs tracés dans le cahier des charges.

Avec cette nouvelle technologie, des spécialistes prévoient une importante pénétration des TIC à travers notamment l'émergence de nouveaux contenus et services locaux et le développement de la réalité virtuelle.

Pour le ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la Communication, le  lancement de la 4G s'inscrit en droite ligne de la politique nationale visant l'émergence d'une administration plus moderne et plus accessible et un service public qui assure le confort des citoyens avec des prestations simplifiées et, surtout, de qualité.

En outre, et parallèlement à la 4G, l'Algérie a lancé le paiement électronique, un service tendant à faciliter les transactions financières, qui est l'une des principales phases du processus de modernisation du service bancaire et du système de paiement, inscrite dans le cadre de la stratégie e-Algérie.

Le e-paiement tend non seulement à réduire les coûts et les durées des transactions bancaires, mais également contribue à l'amélioration de la trésorerie des entreprises, selon des experts.

Cette nouveauté permettra d'effectuer à distance, via internet, en toute sécurité et rapidité, 7j/7 et 24h/24, des opérations d'achat de biens et/ou de services auprès des sites marchands des entreprises qui acceptent le paiement en ligne par cartes interbancaires (CIB).

Dans ce cadre, plus de 500.000 mots de passe ont déjà été attribués aux détenteurs de cartes bancaires (estimés à 1,3 million) en seulement quelques semaines du lancement de la prestation du paiement électronique qui a concerné au départ une dizaine de banques et autant d'entreprises.

http://www.aps.dz/sante-sciences-tech/51253-2016-l-alg%C3%A9rie-s-impose-comme-l-un-des-pays-les-plus-dynamiques-dans-le-domaine-des-tic


L’Algérie tend à se rapprocher du niveau de développement des Technologies de l’information et de communications de ses voisins marocains et tunisiens. Elle est classée par l’UIT dans la catégorie des pays dynamiques dans ce domaine, grâce l’avènement de l’Internet mobile.

L’Algérie a considérablement amélioré son classement dans le rapport de l’Union internationale des télécommunications (UIT) "Mesurer la société de l’information 2016", publié récemment, mais demeure toujours mal classée, en se plaçant à la 103ème place sur un total de 175 nations comparées. Le rapport de l’UIT qui constitue un recueil de données et des analyses les plus fiables, mesure le niveau global développement des TIC dans le monde à travers 11 indicateurs.

A l’échelle régionale, l’Algérie est au bas du classement en Afrique du Nord, la Libye étant exclue de l’évaluation pour l’édition 2016. C’est la Tunisie qui se place en leader régional ; 4ème en Afrique (95ème mondiale) derrière l’Ile Maurice (73ème mondial), les Seychelles (86ème) et l’Afrique du Sud (88ème). Le Maroc s’est offert la 2ème place en Afrique du Nord (5ème sur le continent et 95ème mondiale), suivi de l’Egypte (100ème mondiale).

L’Algérie figure néanmoins, pour la première fois depuis le lancement de ce baromètre par l’UIT en 2009, dans le top 10 africain, en se plaçant devant le Botswana (108ème) et le Ghana (112ème). Elle est d’ailleurs classée dans la catégorie des pays ayant accomplis des "progrès substantiels" en matière de développement TIC, en passant de la 113ème à la 103ème place mondiale.

Amélioration des indicateurs

Si les résultats montrent que la quasi-totalité des 175 pays couverts par l’Indice de développement des TIC (IDI) ont enregistré des progressions entre 2015 et 2016, quelques pays tirent leur épingle du jeu à l’image de l’Algérie qui a enregistré l’amélioration moyenne la plus importante de son IDI dans la région grâce à la pénétration de l’internet mobile. Sa valeur globale de l'IDI a augmenté de 0,66 points, contre 0,35 points pour le Maroc, 0,34 points pour la Tunisie.

La croissance des performances de l'IDI en Algérie a été stimulée par les améliorations des indicateurs de la proportion des internautes et des ménages à utiliser Internet et de la pénétration des abonnements au large bande mobile. Ce sont "ces développements" qui ont permis à l’Algérie de "progresser sur d'autres pays ayant des valeurs et des classements identiques de l'IDI en 2015", expliquent les auteurs du rapport.

Si le monde est de plus en plus connecté, le rapport de l’UIT révèle des inégalités socio-économiques qui ne cessent de se creuser. "Si l'on veut accroître le nombre de personnes connectées, il est important de s'efforcer de réduire les inégalités socio-économiques en général", a déclaré le Secrétaire général de l'UIT, Houlin Zhao. "Les niveaux d'instruction et de revenu sont des facteurs déterminants dans le fait que les personnes utilisent ou non l'Internet. Les TIC joueront un rôle de premier plan dans la
réalisation de chacun des 17 Objectifs de développement durable (ODD) et ce rapport contribue de façon essentielle au processus de réalisation de ces Objectifs. Le suivi des progrès passe nécessairement par une activité de mesure et l'élaboration de rapports; voilà pourquoi, chaque année, l'UIT rassemble des données et publie ce document majeur".

La Corée du Sud championne des TIC

Pour la deuxième année consécutive, la Corée du Sud arrive en tête du classement IDI. Le Top 10 de ce classement mondial comprend deux autres pays de la région Asie-Pacifique, en l’occurrence Hong Kong (6ème) et le Japon (10ème) et sept pays européens : l’Islande (2ème), le Danemark (3ème), la Suisse (4ème), le Royaume Uni (5ème), la Suède (7ème), les Pays Bas (8ème) et la Norvège (9ème).

Entre 2015 et 2016, "l'utilisation des TIC a davantage progressé que l'accès, et ce essentiellement du fait de la forte progression de l'adoption du large bande mobile partout dans le monde. Un nombre croissant de personnes, en particulier dans les pays en développement, ont pu ainsi entrer de plain‑pied dans la société de l'information et profiter des nombreux services et applications fournis via l'Internet", explique Brahima Sanou, Directeur du Bureau de développement des télécommunications de l'UIT qui élabore ce rapport chaque année.

http://www.huffpostmaghreb.com/2016/12/29/developpement-tic-algerie_n_13877830.html


IDEO learning Algérie, en partenariat avec Emploitic.com & CEGOS, a organisé un forum sur le e-learning,  le mardi 08 novembre 2016 à l’Hôtel Sofitel d’Alger. Une occasion pour débattre autour de la digitalisation de la formation en entreprise : Comment mettre en place un projet e-learning? Quelles sont ses conditions de succès? Quel impact ? Tels étaient les sujets débattus lors de ce forum. Cette rencontre était aussi l’occasion de présenter IDEO Learning Algérie. Active depuis 2006 au Maroc et depuis 2014 en Algérie, IDEO Learning offre une large gamme de produits et services e-learning novateurs visant à améliorer les compétences et la productivité des collaborateurs.

Organisée par trois leaders des solutions RH, cette rencontre s’est concentrée autour de la digitalisation de la formation ou e-learning, une modalité devenant de plus en plus incontournable à l’ère de la transformation digitale progressive de l’ensemble des métiers de l’entreprise.

Le forum a permis de présenter de manière vulgarisée les principales composantes d’un dispositif e-learning et les clés pour réussir son implémentation en entreprise. Il a aussi permis de répondre à certains questionnements relatifs notamment à la motivation et à l’accompagnement des collaborateurs, tout en donnant la parole à des entreprises algériennes ayant réussi la mise en œuvre de projets de digitalisation de la formation, ces toutes dernières années.

Durant ce forum, Louai DJAFFER, Directeur Général d’Emploitic.com a dévoilé les résultats d’une enquête, élaborée par ses équipes, autour de la problématique de l’appréhension et l’appréciation des DRH du e-learning. Une enquête qui s’est étalée sur plusieurs mois et qui a touché un peu moins de 200 professionnels des ressources humaines répartis sur tout le territoire.

L’enquête a révélé que 75% des DRH participants connaissent déjà le e-learning et pensent que c’est le futur de la formation pour les entreprises mais en complémentarité avec de la formation présentielle, 25% ont déjà suivi une formation en ligne et 18% ont des projets e-learning en cours ; pour finir 22% ont un plan de formation en ligne prévu pour l’exercice 2017/2018.

Les spécialistes des ressources humaines interrogés mettent en exergue plusieurs avantages apportés par le e-learning pour la formation de leurs collaborateurs :flexibilité, adaptabilité, optimisation des coûts, déploiement rapide, interactivité et attractivité du contenu. Concernant ces résultats, Louai DJAFFER, nous dira : « Nous poursuivons après 10 ans nos efforts pour accompagner à notre niveau la transformation digitale de la fonction RH, après le e-Recrutement, il nous semblait tout à fait opportun de nous associer aux leaders dans le domaine du e-learning pour offrir aux entreprises et aux individus de nouvelles méthodes d’apprentissage ».Durant ce premier forum dédié à la digitalisation des formations, Pascal DEBORDES, Directeur à l’international de CEGOS Group, leader mondial de la formation multimodale, a mis en avant l’importance de la digitalisation de la formation, un axe majeur pour optimiser l’investissement formation de toute entreprise.

Debordes a expliqué les principales étapes devant conduire à l’intégration réussie de modalités digitales dans la formation, afin d’assurer une architecture et une articulation cohérente tout en respectant le contenu et les objectifs de la formation. , Selon lui, le marché algérien est promis à un bel avenir dans le domaine. Ainsi, en disposant de plusieurs modalités de formation, chaque entreprise algérienne aura la possibilité de faire monter en compétence ses collaborateurs de façon optimale et durable.

Oussama ESMILI, Directeur Associé IDEO Learning Maroc a exposé quant à lui à l’assistance constituée de DRH, de responsables de formation et de managers d’entreprises, les moyens de susciter et entretenir la motivation des apprenants en e-learning.

Selon M. Esmili, il s’agit là du principal challenge de tout dispositif de formation digitale. Œuvrant au Maroc depuis plus de 10 ans au service du e-learning, IDEO Learning a mis en œuvre un ensemble d’outils et de solutions technologiques pour aider les entreprises à optimiser leur investissement et atteindre des taux élevés de participation des collaborateurs. Cela passe notamment par des contenus innovants et adaptés à la population visée, par un accompagnement particulièrement rigoureux de chaque participant, une communication continue tout au long du projet et enfin une technologie fiable et légère. Selon M. Esmili, « à partir du moment où les problématiques technologiques sont progressivement réglées avec la 3G et récemment la 4G, le e-learning peut s’inscrire pleinement dans la révolution Digitale qui va transformer l’entreprise algérienne dans les 5 prochaines années ». Enfin, un panel de responsables de formation en entreprises, ayant déjà opté pour le e-learning ont fait un retour d’expérience d’entreprises algériennes dans l’implémentation de la conduite de projet e-learning.

Algerie Focus

http://www.algerie-focus.com/2016/11/enquete-devoile-expliquepourquoi-e-learning-futur-de-formation-algerie/